La lettre du Sdamp-Cgt fevrier 2010
logo imprimer

La lettre du Sdamp-Cgt fevrier 2010

Comme chaque année, le Sdamp-Cgt vous envoi ses vœux et vous appelle à régler votre cotisation pour l’année 2010 si vous ne l’avez pas déjà fait ou si vous n’êtes pas en prélèvement automatique.

Le Sdamp-Cgt a œuvré avec le Snam-Cgt dans différents domaines pour conquérir du droit positif, il y a bien sûr le dispositif Cafés-Cultures dont un accord entre le Snam-Cgt et l’UMIH est en voie de réalisation, mais aussi l’extension de la convention collective nationale de l’édition phonographique depuis le premier avril 2009 qui permet enfin au droit exclusif des artistes interprètes de ne plus être lettre morte... De nouvelles réunions d’information sur le dispositif Cafés-Cultures vont être organisées dans le cours de l’année 2010, si vous aviez manqué les précédentes vous pourrez y participer : l’expertise des musiciens(nes) confronté(e)s à l’exercice de la musique dans les établissements de type HCR (Hôtels-Cafés-Restaurants) est toujours bienvenue pour l’élaboration de ce dispositif.

L’année 2009 a vue aussi se conclure cinq années de négociation de la convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles ainsi que son extension applicable au premier janvier 2010.

L’année nouvelle se présente comme une année de mobilisation devant les nombreuses attaques que la profession d’artiste musicien(ne) subit par un maillage subtil de contre-réformes (plutôt que de réformes) mené par l’appareil gouvernemental.

- La mise en application de la RGPP (Réforme Générale des Politiques Publiques) qui atteint déjà les lieux d’enseignement publics de la musique et qui produit ses effets en terme de budgets de subvention à la baisse.

- La suppression de la taxe professionnelle avec ses effets pervers sur les budgets culturels des collectivités locales et remettant en cause les subventions des structures privées d’enseignement artistique.

- La réorganisation de Pôle-Emplois dont la fusion entre les ASSEDICS et l’ANPE créer des dysfonctionnements inédits notamment pour les bénéficiaires du régime spécifique des annexes VIII et X.

- L’application de la directive des services (ex directive Bolkenstein) mettant en cause des dispositions de la licence d’entrepreneur de spectacles et in fine mettant en danger le bon fonctionnement de fonds de soutien comme le CNV.


SDAMP-CGT - 14/16 rue des Lilas 75019 Paris - Tél : 01 42 02 20 49 - contact@sdamp-cgt.og

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.76
Version Escal-V4 disponible