> Actualités > La lettre du Sdamp-Cgt > La lettre du Sdamp-CGT / mai 2008

La lettre du Sdamp-CGT / mai 2008

Le 21 juin, fête de la musique, est devenu une journée festive incontournable dans le monde entier. En France, cela signifie que des concerts sont gratuits pour le public, mais qu’en est-il des musiciens ?

Sur ce sujet, il y a quelques idées reçues comme celle voulant que tout soit dérogatoire pour l’occasion, il n’en est évidemment rien. Les organisateurs ont des responsabilités à assumer, non seulement dans l’accueil du public et sa sécurité, mais autant pour les artistes participant aux évènements. Par ailleurs, la SACEM ne perçoit pas de droits d’auteurs ce jour là, mais seulement quand le concert est exclusivement gratuit (sans billetterie) et les musiciens bénévoles. Bien entendu rien n’empêche les organisateurs de prévoir un budget pour assurer un salaire aux musiciens.

Dans tous les autres cas, le spectacle organisé doit être en conformité avec les usages en vigueurs.

Depuis sa création, la fête de la musique a été un formidable instrument de promotion pour la profession de musicien, et un tremplin accessible facilement à tous les amateurs. Mais qui n’a pas observé comment certains organisateurs occasionnels ont pu étendre toute l’année des pratiques malheureusement tolérées le 21 juin, comme la rémunération au chapeau, considérant ces pratiques comme la norme...

Le 21 juin est l’occasion de rappeler aux employeurs et au public que ces pratiques sont destructives pour les professionnels, sinon la meilleur façon de décourager les jeunes musiciens qui souhaitent vivre de leur métier.

Le mode d’emploi du ministère de la culture





Sdamp-CGT - 14 /16 rue des Lilas 75019 Paris - 01 42 02 20 49 - contact@sdamp-cgt.org